Nos défis : écolo -brico couture...

Trouver une école à Casa : le parcours du combattant !?!

Ah, l’école ! Plein de beaux souvenirs dans la tête quand je repense à cette période de ma vie où j’aimais l’école plus que tout, elle rythmait mon quotidien. Les copines, la récréation, les activités, les sorties, (et les cours aussi, un peu…).

C’était l’époque (pas si lointaine hein!) où quand on sortait de l’école publique on avait autant de chance que n’importe qui d’aller au collège puis lycée. L’époque où les écoles privées étaient un peu considérées comme l’école de la dernière chance de petits rebelles, virés de tous les établissements, cancres ou « hors normes ».

Quelques années plus tard, la vapeur s’est renversée et on a fait un volte-face spectaculaire. Désormais, plus question de mettre ses enfants dans le public.

Pourquoi?

-« Ben tu te rends pas compte de ce qui s’y passe? »

– « Ah bon? et il s’y passe quoi au juste ? »

Naïve ou déconnectée de cette réalité me direz-vous?

Aujourd’hui, on ne jure que par l’école privée. Bientôt à Casa, il y aura plus d’écoles au mètre carré que de cafés ou resto. C’est que l’affaire est juteuse, lucrative, économiquement et financièrement rentable! Tellement rentable qu’on a vu fleurir un nombre inconsidéré d’écoles toutes plus chères les unes que les autres. Qu’ont elles de bien différentes? on y enseigne 3 langues? il y a des infrastructures sportives, culturelles, une bibliothèque géante? wallou a lalla ! Spéculation (écolière) alors?

C’est devenu le monde à l’envers, la loi de la surenchère, de l’offre et la demande.  Plus l’école coûte chère, plus elle est réputée. Mais réputée pour quoi au juste? Son programme pédagogique, sa méthode révolutionnaire qui fait de nos enfants des êtres instruits, heureux et épanouis de se rendre toute la journée à l’école? Chère parce qu’elle a un programme avec la High School of Boston, Montréal ou Stockholm ou l’IUT du village des Olivettes? Parce qu’elle permet en fin de cursus d’envoyer son enfant à l’étranger. Parce que c’est la mission italienne, suédoise, hollandaise, vietnamienne? Parce qu’avec un diplôme de tel lycée, on a 80% (statistiques totalement aléatoire) de chance de sortir du territoire, d’avoir un bon poste, d’avoir les bases? Je me questionne beaucoup, tant que je n’ai pas de réponses…

Parlons des abus que les enfants et parents subissent dans ces écoles privées qui gagne en réputation grâce à son nom européanisé (quelle ironie!!!). J’ai cité les plus courants et rapportés par les parents, cette liste est loin d’être exhaustive malheureusement :

  • Le 1er abus c’est qu’il y a TROPPPPP d’écoles, on ne sait plus laquelle choisir, sur quels critères se baser, comment l’évaluer, enfin bref, vous l’aurez compris, d’emblée on sait que ça va être compliqué et qu’il ne faudra pas simplement se fier à l’avis de la voisine ou des forums mais user d’une vraie stratégie, une réelle investigation sur le terrain pour ne pas se tromper car il s’agit de l’avenir de nos bambins quand même !

 

  • Une école installée dans un immeuble anciennement destiné à l’habitation, sans cours ni espace vert ou lieu pour que l’enfant puisse se défouler. A quoi ont pensé les créateurs de l’école? Sûrement pas aux enfants !

 

  • On demande régulièrement dans l’année d’apporter du papier toilette, du savon, des serviettes etc… à quand la participation financière à l’eau, l’électricité, … à quand une transparence sur les frais de scolarité?

 

  • Les goûters collectifs que le corps enseignant impose et s’accapare bien souvent. Gâteaux, bonbons, jus bourrés de sucre etc… imposer à une famille de nourrir une fois par mois enfants et institutrices de sa classe de produits industrialisés. Si ce moment de collation (avec des produits naturels) était un moment d’apprentissage (éplucher une banane, la couper, la distribuer, la savourer…) je dis oui!

 

  • Les devoirs, une véritable punition pour les enfants qui vont déjà à l’école toute la journée et se farcissent jusqu’à une heure de devoirs après l’école. Un vrai programme scolaire à lui tout seul, on y finit ce que l’instit n’a pas eu le temps de faire en classe. C ‘est souvent compliqué pour les parents qui ne sont jamais allés à l’école. Vraie source de stress pour tout le monde. L’enfant passe de la maternelle au primaire en sentant bien la différence, 6 à 8 heures à l’école et rebelote à la maison avec une à 2 heures de devoirs. Help !

 

  • L’enfant « différent », où est son école? les DYS, TDAH, les autistes, les handicapés moteurs, mentaux? Là aussi c’est encore plus dur pour les parents de trouver L’ECOLE. L’enfant qui n’a pas de difficulté particulière mais qui apprend différemment, plus lentement ouplus rapidement, il est plutôt visuel ou sensoriel, il n’aime pas s’asseoir sur une chaise H24,  comment gère t-on ces cas pas si particuliers que cela car il y a autant de cas qu’il y a d’enfants dans une classe et aucun ne rentre dans
  • e moule de « la classe.

 

  • Lorsque l’on recherche une école, quoi de plus normal que de comparer ces dernières. Mais lorsqu’on a le malheur de poser un peu trop de questions somme toutes banales ET légitimes comme : qu’est-ce qui est prévu pour l’adaptation, comment se passe la sieste, le déjeuner ou zide ou zide ??? on vous renvoie dans vos cordes. Alors si vous osez demander de visiter l’école avec la cantine, les toilettes, le réfectoire, les salles attenantes, si vous demandez l’expérience et qualification du personnel et pire, celle de la directrice, et le coup fatal si vous demandez le programme pédagogique,  safi khlass, votre enfant ne mettra plus les pieds dans une quelconque école, trop de questions tue la question, vous êtes le parent intrusif, celui qui va créer des problèmes, qui cherche la petite bête.  La transparence reste un terme encore flou chez nous.

 

  • Les fêtes de fin d’année qui prennent des allures de festival avec Dj Abdel aux platines, Kader Aoun à la régie et Kamel Ouali à la chorégraphie. Et on nous demande en plus de payer et là je dis bien payer et non plus participer financièrement car les sommes dépassent les centaines de dihrams.

fete

  • Où sont passées nos petites fêtes et kermesses familiales où tout le monde s’amusait, passait un bon moment, se remplissait le ventre de douceurs réalisées par les parents, où on pouvait assister aux spectacles de nos enfants sans déranger tout le quartier de musique à fond à s’en crever les tympans? Ahhhh ! Nostalgie quand tu nous tiens !

kermesse

  • Le prix, on en parle ou pas? (je détaille un peu dans tout ce post) mais entre les frais d’inscription, les frais de dossier, les frais de scolarité, les frais de garde, les frais pour le péri-scolaire, les frais pour la cantine, les frais pour les cours d’aide personnalisées, payer la fête de fin d’année, l’uniforme, les collations, on va stopper car la liste est aussi longue qu’imaginative, ya mama, ya mama, la vache à lait ! Mais le plus drôle dans l’histoire c’est qu’on ne sait même pas à quoi cela correspond. Et oui, le bon vieux, dfa3 ou skout. Sinon, vous acceptez le don d’organe?

money

Je ne parle pas du corps enseignant car les meilleurs profs que j’ai eu dans ma scolarité étaient à Casa et c’est un peu grâce à eux que j’ai pu avoir des bases solides dans plein de domaines. Je parlerai aussi de ces profs qui insultent, rabaissent, menacent car les parents tentent de réagir ou pire ces profs qui  frappent des plus faibles qu’eux, vous devriez revoir vos objectifs professionnels (pour rester correct).

Ceci dit, je suis contente de voir toutes ces maternelles qui n’existaient pas avant et qui permettent à nos bambins de s’épanouir, s’éveiller, s’amuser. Ce que je mets en lumière aujourd’hui ce sont ces profiteurs, businessman qui nous vendent de la peinture au litre et qui, lorsqu’on gratte un peu le vernis, on se rend compte que l’école n’est que belle mais sans l’essentiel. Aucun programme pédagogique, éducatif, social ou culturel. C’est cela que vous voulez pour vos enfants? C’est ce qu’on nous propose, c’est ce qu’on paie chèrement tous les mois?

Je suis pour le business, l’économie, pour que la personne s’enrichisse, qu’elle se développe etc… ça ne me pose pas de problème de parler avec des libéraux et je les comprends, chacun son rizq mais le faire au détriment des autres, dans l’abus et en toute impunité, faire mal son taff, offrir un service en deçà des promesses ou du minimum syndical et prendre à la gorge les parents, les menacer, pour moi c’est du vol qualifié.

bling

Je voulais vous faire part de ma réalité et de la réalité de beaucoup de mamans au Maroc qui ont un mal fou à trouver une école qui instruira nos enfants, l’avenir de demain, de notre pays et celle de l’humanité. Je voulais vous faire part de toutes les angoisses des familles quant à l’avenir de leur progéniture, de toutes ces injustices, de ces abus que nous subissons sans piper mot, sans réagir, sans pouvoir rien faire (enfin c’est ce qu’on veut nous faire croire).

A vous apporteur de projet, créateur d’école, instit, directeur, … voilà ce que moi parent j’attends de vous, voilà ce que je veux et ne veux pas pour mes enfants.  Démarquez-vous ! Osez ! Étonnez-nous ! Excellez !

pièce-blanche-vide-13180004

Est-ce-que cette école existe? Si oui, je ne l’ai pas encore trouvée. Des noms? Allez on balance !

L’EDUCATION EST L’ARME LA PLUS PUISSANTE QU’ON PUISSE UTILISER POUR CHANGER LE MONDE. Mandela

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s